Plus de 100 000 Kurdes ont fui l’agitation de Kirkouk

Plus de 100 000 Kurdes ont fui les troubles de Kirkouk

Plus de 100 000 Kurdes ont fui les troubles de Kirkouk

Des milliers de civils ont fui les districts kurdes pour échapper aux combats. [Getty]

Plus de 100 000 Kurdes ont fui Kirkouk depuis la prise de contrôle de la province par les forces irakiennes, ont annoncé jeudi des responsables du gouvernement régional du Kurdistan (KRG).
Plus de 100 000 Kurdes ont fui Kirkouk depuis la prise de contrôle de la province par les forces irakiennes, ont annoncé jeudi des responsables du gouvernement régional du Kurdistan (KRG).

Cette semaine, les forces irakiennes et les milices alliées ont pris le contrôle de la province de Kirkuk, dans le nord du pays, et de ses champs de pétrole lucratifs, ainsi que des zones anciennement contrôlées par les Kurdes de Ninive et de Diyala.

Les progrès ont été les derniers dans une opération rapide au cours des derniers jours qui a vu les autorités centrales récupérer le territoire clé comme les forces kurdes se sont retirées avec peu de résistance.

Des milliers de civils ont fui les districts kurdes pour échapper aux affrontements, se dirigeant dans des bus et des voitures en direction de la région du Kurdistan.

Environ 18 000 personnes ont trouvé refuge à Erbil et Sulaimaniya, a déclaré le gouverneur d’Erbil Nawzad Hadi aux journalistes.
Un de ses collaborateurs a déclaré à Reuters que le nombre total de personnes était d’environ 100 000 personnes.

L’opération, pratiquement sans effusion de sang, a été rétablie au contrôle de Bagdad sur le territoire occupé par les forces kurdes depuis 2003, laissant les Kurdes stupéfaits quelques semaines après la ferveur nationaliste du référendum sur l’indépendance qu’ils ont tenu au mépris du gouvernement central.

Les Kurdes ont perdu la quasi-totalité des 23 000 kilomètres carrés qu’ils avaient acquis depuis 2003, en partie dans le chaos du groupe de l’État islamique (IS) dans le nord de l’Irak en 2014.

Kirkouk n’est pas une des trois provinces qui ont fait partie de la région autonome kurde en Irak depuis l’invasion menée par les États-Unis en 2003 renversé dictateur Saddam Hussein .

C’est dans une zone contestée entre Bagdad et les Kurdes qui prétendent que c’est historiquement le leur, puisque les forces de Saddam les ont chassés et les ont remplacés par des Arabes.

Les Kurdes représentent les deux tiers de la population de Kirkouk, soit 800 000 personnes , dont 25% de Turkmènes et le reste de musulmans et de chrétiens arabes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s