LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE


Cette catastrophe nationale, qui a rappelé ce sentiment parfois oublié d’appartenance à une nation, un pays, a été vécue par beaucoup de familles algériennes comme un drame familial, un événement qui a rapproché les Algériens dans la douleur. Dès que l’information est tombée, il y avait beaucoup de tristesse dans la voix des gens qui appelaient pour s’informer de l’ampleur de la catastrophe, du nombre de victimes, des rescapés. Un terrible coup sur la tête avec cet accident, l’un des plus dramatiques de l’aviation, pour les Algériens. Il y avait ce sentiment, longtemps refoulé, sinon oublié, qu’il y a des Algériens qui vivent autrement, qui sont dans les casernes, qu’ils fassent leur devoir national ou qu’ils aient choisi les métiers militaires.

Ce ralliement spontané, comme celui qui a été enregistré en février 2014 avec le crash d’un C130 de l’ANP à Oum El Bouaghi, des Algériens à un nationalisme souvent…

Voir l’article original 343 mots de plus