La Mafia des Généraux Algériens

Au nom de Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux

La Mafia des Généraux Algériens (5)

Cinquième partie sur le massacre des Musulmans et Musulmanes innocents en Algérie des années 1990, exécutés impitoyablement par les généraux mécréants nationalistes, de vrai Nazis algériens, pour le faire porter calomnieusement sur le dos des Moudjahidin croyants, dans le seul but de salir les valeurs divines de l’Islam !

1) LES REQUINS GENEREAUX

Après de bons et loyaux services rendus à Satan l’impénitent, la mafia des généreux retraités investissent dans les « affaires », exemples :

– le général Mohamed Attailia s’associe avec un juif tunisien pour l’ouverture d’une boucherie à Malakoff dans les Hauts de Seine, en France. Après une tentative de gouverner la Boucherie seul, ce général avide s’est fait remonter les bretelles, en voulant exclure le juif associé.

– blanchiment d’argent en France via le circuit de la viande « Halal » à travers la « mosquée » de Paris.

Dans un premier article « Les paradis fiscaux des généraux » le 29 Juin 2000, puis un second article plus récent « affaires des généraux »publiés par le MAOL (Mouvement Algérien des Officiers Libres), dénoncent la corruption parmi les plus gros requins, dans ces extraits les plus intéressants qui vont suivre.

Citation :

Dans le monde bancaire occidental qui se veut irréprochable, honnête et consciencieux, il est tout à fait indigne que l’on puisse fermer les yeux sur des pratiques très graves aux suites plus que désastreuses pour des populations tout entières. Pire encore, il convient même de parler de complicité criminelle quand on se rend compte des conséquences directes de telles complicités sur la politique interne algérienne et les évènements qui s’y sont déroulés depuis près de deux décennies.

En effet, les responsables des banques étrangères concernées par ces pratiques de blanchiment en tout genre, connaissent très bien l’origine des fonds versés dans leurs banques par les responsables militaires algériens.

Ces banques buandières traitent avec les généraux algériens avec une amabilité et une courtoisie déconcertante en fermant les yeux devant l’afflux de sommes d’argent faramineuses et de biens malhonnêtement acquis. Elles encouragent ainsi et de manière directe le recèle des biens du peuple algérien.

L’histoire se répète et les responsables des banques mises en cause ferment les yeux encore une fois sur la spoliation du peuple algérien par des généraux véreux qui ont mis le pays à feu et à sang dans le seul et unique but de s’enrichir. Agissant en toute impunité derrière leur écran de fumée et de sang, les généraux assassins n’ont à aucun moment mesuré la portée de leurs machinations et n’ont jamais pris en compte le devenir de l’Etat algérien et le sort de son peuple meurtri.

Comment la dette algérienne a-t-elle pu atteindre des montants aussi faramineux ?

Pourquoi des gouvernements dits « démocratiques » peuvent-ils fermer les yeux sur des pratiques qu’ils condamnent publiquement mais qu’ils encouragent par leur silence ?

Comment de puissants services de contrôle financier européens dotés des moyens d’investigations les plus pointus peuvent-ils tourner le dos aux agissements frauduleux de diverses banques qui couvrent et encouragent le vol ?

La réponse à ces interrogations relève comme à l’accoutumé de la raison d’Etat qui fait que l’on doit taire tous les sens au nom de cette muselière anti-démocratique. Il est ainsi bien plus facile de faire et défaire des gouvernements, manipuler des dictateurs aux fortunes nauséabondes et par conséquent, se faire le maître du destin de populations entières.

Le drame algérien trouve ses origines autant dans les banques en Suisse, en France, au Luxembourg et au Liechtenstein, que dans le cabinet noir des démons de l’apocalypse.

Les généraux suivants, pour ne citer que ceux là comme exemples, bénéficient de la complicité des banques mises en cause pour mettre à l’abri des centaines de millions de dollars prélevés sur les comptes de l’Etat algérien au détriment des malades qui dépérissent dans les hôpitaux délabrés, des orphelins qui courent les rues et des hommes et femmes qui troquent leur honneur pour une bouchée de pain.

(…) Devant cette situation de désolation, qui a jeté le discrédit sur les institutions de l’état algérien à commencer par son armée, des êtres sans scrupules ont profité et profitent toujours de la situation qu’ils ont crée, en se remplissant les poches ; l’économie de la guerre leur a permis de multiplier leurs fortunes mais surtout de blanchir une masse d’argent colossale, que les uns et les autres ont réinvesti dans la reprise de sociétés et entreprises nationales coulées puis rachetées au dinar symbolique. Les rares cadres qui se sont dressés pour éviter la catastrophe se sont retrouvés grâce à l’agent « Ouyahiya » en prison. Le pillage à grande échelle d’un peuple profondément meurtri a jeté le peuple algérien dans les abîmes de la pauvreté, la famine et la dépendance. La société algérienne a vu apparaître ces dernières années des maux extrêmement graves : de la prostitution infantile pour un bout de pain, aux réseaux des dealers de drogue qui sont protégés d’en haut pour aider la jeunesse algérienne à oublier qu’elle a des droits sur ses dirigeants et sur son armée.

* Général major Larbi Belkheir

Il possède plusieurs comptes bancaires dans une banque à Genève en Suisse qui est le Crédit Lyonnais; ces comptes sont en gestion privée. Parmi ces comptes, les deux premiers ont été ouverts par Belkhier en personne durant l’année 1988 à la dite banque située à la place Bel- Air, Genève1204; l’un nominatif Larbi Belkheir dont le numéro est: 104088 C, dans lequel il a fait un premier versement à l’ouverture, d’un montant de 1.220.000 dollars, c’est un compte dépôt rémunéré.

Il a, à plusieurs reprises, utilisé la ligne directe de la présidence de la république pour donner les directives à son gestionnaire qui répond au nom de Dominique Stocker ; le téléphone est le n° 41227056666 ; l’enregistrement des conversations par le groupement contrôle réseau (GCR), organe d’écoute qui dépend du département du renseignement et la sécurité à l’appui.

Son deuxième compte bancaire est un compte numéroté : 5039500321288, qui renferme plusieurs dizaines de millions de dollars issus de diverses transactions avec des firmes étrangères et de commissions de marché.

Il a un autre Compte au Luxembourg qui est aussi en gestion privé. Ce compte est géré par un certain Pascal Gurndrich, téléphone: 352476831300.

* Général major Mohamed Touati

Il possède un compte dans la banque Crédit Lyonnais à Monaco, son adresse est, 01 avenue des Citronniers, 98000 Monaco. Mohamed Touati est un client plus ou moins riche, il possède sur son compte portant le numéro: 74293 M, un peu plus que 8 millions de dollars. Le gestionnaire de son compte est monsieur Philipe Sarlin et son téléphone est: 37797973470.

Les transferts de fonds passent sous la couverture d’achats d’ouvres d’art d’une galerie située à Monaco et qu’il possède avec un ancien officier de la Sécurité Militaire (SM), un certain Nourredine Benferhat.

(…) Son importance au sein la hiérarchie militaire lui a permis d’utiliser à fond son influence et à recevoir en conséquence des commissions sur tous les grands projets d’investissement ou de prospection des champs pétroliers dont il assure la sécurité avec ses compagnies privées de protection moyennant un pourcentage sur chaque puits. Il possède des biens immobiliers dans tout le territoire national et de même en France et en Suisse. Sa fortune est de plusieurs dizaines de millions de dollars.

* Général major Mohamed Lamine Mediene (dit « Tewfik »)

Il a un compte numéroté en Suisse dans l’union des bancaires privés (UBP), 96-98 Rue du Rhône, Genève 1204 Suisse.

Le numéro de son compte est : 121274552136KM94, il est géré par un certain S. Serval.

Rien que ce compte renferme prés de 62 millions de dollars, une somme provenant pour la plupart des commissions de l’achat d’armements pour l’ANP. Rien que la société sud-coréenne « Daewoo » a versé plus de deux millions de dollars pour s’établir en Algérie après la liquidation de son premier directeur à Alger.

(…) Il a une fortune colossale dont l’estimation n’est pas connue. Il est le principal actionnaire de la société sud-africaine de prospection d’or et de diamant dans le Hoggar. Il s’est assuré une rente importante de plusieurs multinationales de prospection pétrolière. Son homme de main qui supervise ses affaires et gère ses richesses est M. Hanchi. Le fils aîné de Mediene fait partie du conseil d’administration de Daewoo en Algérie et qui avec le démantèlement partiel, perfide de l’ENIE, contrôle une partie importante du marché d’importation de l’électronique, de l’électroménager et de la voiture.

* Général major Smain Lamari

Grâce à ses contacts avec les milieux du patronat français et les hommes qui font du lobbying pour l’investissement en Algérie, il a réussi à faire une vraie fortune et possède à ce titre deux comptes numérotés au Crédit Suisse en Private Banking.

L’un d’eux est sous le numéro: 72796365197821 SP géré par un certain Carone Rolf, il renferme plus de 45 millions de dollars, une somme qui provient pour la plupart des commissions sur les marchés de privatisation et investissements étrangers. Le deuxième est aussi en Private Banking et renferme les Sommes amassées lors de contrats d’armement spécialement avec l’Afrique du sud.

(…) De part la sensibilité de son poste, il a réussi à monter un empire d’import-export et la plupart des transactions se font à l’extérieur du pays. En plus des biens achetés en France, il a eu de larges commissions sur les contrats d’armement réalisés avec les Français (couverture radar de l’ensemble du territoire). Avec des amis français, il reçoit en échange d’ouverture du marché algérien de généreuses commissions à chaque marché et assure aussi la protection des investisseurs. Sa fortune s’élève à plusieurs dizaines de millions de dollars.

Cela n’est qu’un spécimen de quelques banques qui couvrent les malversations de certains généraux algériens sans que ces mêmes banques ne demandent aux richissimes titulaires des certificats sur l’origine des fonds déposés (…) Khaled Nezar, Abdelmalek Guenaizia, Larbi Belkhier, Mohamed Lamine Mediene, Mohamed Lamari, Ahmed Boustila, Kamel Abderahim, Smain Lamari, Sadek Kitouni, Mohamed Ghenim, Abdelhamid Djouadi, Mohamed Betchine, Benabess Gheziel, Mohamed Touati, Taghrirt Abdelmadjid, Fodhil Chérif, Said Bey et Hacéne Beldjelti.

(…) Le Mouvement Algérien des Officiers Libres mettra tout en ouvre pour démasquer tous les complices étrangers dans les cercles financiers internationaux et les banques complices à tous les échelons.

* Général Mohamed Lamari

Il touche des commissions de marché des compagnies pharmaceutiques françaises en Algérie. Il est l’ami et le partenaire de Mohamed Ait-Djeddou, le magnat de l’importation pharmaceutique en Algérie. Une grande partie des dizaines de millions de dollars qu’il a amassé vient en fait des contrats d’armement passés avec l’Afrique du sud et la France en particulier, en plus bien sûr du pourcentage de la rente annuelle du pétrole.

* Général Khaled Nezzar

Il a amassé sa fortune particulièrement lorsqu’il était ministre de la défense. Il a des comptes bancaires en France, en Suisse et aux Etats-Unis. Il possède de nombreuses villas à Alger, à Batna et à Constantine. Il détient des biens immobiliers et fonciers dans plusieurs wilayas. Il possède une villa aux Etats-Unis, achetée en 1992 avec l’argent du contribuable algérien. Son fils, qui a le monopole d’importation de plusieurs produits agro-alimentaires, a monté sa compagnie avec un prêt bancaire de la Banque nationale d’Algérie avec un taux d’intérêt avoisinant le zéro et un délai de paiement indéfini. Nezzar Junior s’est lancé dernièrement dans l’aviation civile avec une compagnie aérienne privée.

* Général Mohamed Betchine

Sa fortune s’élève à plusieurs dizaines de millions de dollars. Il possède des biens immobiliers immenses dans l’est algérien, mais aussi en Syrie, en Tunisie, en Suisse et en France. Il est le principal importateur et distributeur de sucre dans l’est algérien. Il contrôle une part importante du marché d’importation d’autres produits agro-alimentaires. Il possède plusieurs journaux et une maison d’édition. Il touche une rente régulière des compagnies pétrolières américaines Anadarko et Arco. Il a aussi touché des pots-de-vin dans les contrats de modernisation du système de défense aérienne.

(Photo manquante)

* Général Abdelmadjid Taghit

Il est dans une alliance d’affaires avec son frère qui a dirigé la Cosider. Il possède plusieurs biens immobiliers en Algérie. Il s’est enrichi considérablement en revendant des boutiques à Riadh El Feth acquises à des prix dérisoires.

* Général Mohamed Attailia

Ex-chef de la 1ère région militaire, il est dans le brigandage des biens de l’état depuis 1965. Il possède un hôtel, un restaurant et une boucherie en France. Il possède aussi une usine de verrerie dans le midi de la France. Il a de vastes biens immobiliers en Algérie et des biens fonciers à Bouchaoui.

* Général Kamel Abderrahim

Commandant en chef des forces terrestres jusqu’en 1989, il possède des biens immobiliers en Algérie, ainsi qu’un restaurant et un hôtel en France. Il possède une usine ultramoderne de fabrication de consommables pour les hôpitaux à Ain Taya.

* Général Moustafa Belloucif

Il s’est enrichi en s’accaparant les comptes bancaires du richissime Zeggar évalués à plusieurs millions de dollars. Il s’est aussi enrichi par la revente de biens de l’état achetés à des prix dérisoires. Il possède des biens immobiliers très cotés à Alger et à Annaba.

* Général Mohamed Hartani

Ancien directeur de l’hôpital central de l’armée à Alger, c’est en cette qualité qu’il a amassé sa fortune. Il a touché d’immenses commissions de marché de Siemens et d’autres compagnies de matériaux de construction. Il est le représentant de Siemens en Algérie sous la couverture de son épouse. Il a des biens immobiliers en Algérie, en suisse, en France et en Allemagne. Il possède plusieurs commerces à Alger, à Constantine et à Annaba.

* Général Ben Abbes Gheziel

Il a amassé sa fortune, estimée à plusieurs millions de dollars, par les pots-de-vin et les commissions de marché dans l’achat d’équipements pour la Gendarmerie nationale, en particulier de la compagnie Beretta. Il a des biens immobiliers et fonciers en Algérie et en France. Il rapine aussi dans l’import-export.

* Général Mohamed Dib

Ancien chef de la Garde républicaine, ce général discret a une fortune estimée à plusieurs millions de dollars. Il a amassé sa fortune par la restructuration de la Garde républicaine (commissions de marché lors de la rénovation de son infrastructure et achat au prix symbolique et revente des systèmes et matériels). Il possède des biens immobiliers et fonciers en Algérie.

(Photo manquante)

* Général Cherif Ouadani

Spécialiste du pillage, sa fortune s’élève à plusieurs dizaines de millions de dollars. Il possède des biens immobiliers dans les quartiers chics de Paris, des propriétés luxueuses et des chevaux à Deauville. Il est actionnaire à Peugeot dont il est le représentant en Algérie depuis 1990. Il a de grands biens immobiliers à Alger et à Tlemcen. Il possède une usine de confection de vêtements luxueux à Tlemcen. Il détient le monopole d’importation du textile en Algérie.

* Colonel Hocine Senoussi

Bras droit de Belkheir, ami de Chadli, il a amassé sa fortune immense lors de la construction à Alger du monument Maqam Echahid. Il a touché des commissions de marché sur ce projet qui a coûté près de 350 millions de dollars au contribuable algérien. Il s’est aussi accaparé plusieurs magasins du complexe commercial de Riadh El Feth qu’il a revendu au prix fort. Il possède des biens immobiliers à Alger, à Oran et surtout à Tlemcen et bien sûr à l’étranger.

D’autres généraux tels que : Abdelmalek Guenaizia, Abdelhamid Djouadi, M. Lakhal Ayat, Abdelmadjid Cherif, Mohamed Ghenim, Said Bey, etc…Ont aussi amassé des fortunes colossales, et la liste est malheureusement longue pour le reste des militaires corrompus, indignes de porter les emblèmes de l’ANP.

Ce dossier de la corruption des chefs sera traité à l’avenir avec plus de détails.