Le discours fasciste du « M.A.K « 

Le MAK a un discours fasciste” / Le Soir d’Algérie du 2 septembre 2021

Dans la série d’articles en soutien au Pouvoir, distributeur de publicité publique, le quotidien Le Soir d’Algérie apporte sa contribution à ce que le Haut-commissariat aux droits de l’homme auprès des Nations Unies qualifie d’ »épouvantail du terrorisme pour faire face à l’activisme des défenseurs des droits humain » (Voir article). En guise d’outil, le quotidien fait appel à un certain Amar Ingrachen, présenté comme « un éditeur et militant politique » (dont on ne connait ni la maison d’édition, ni le parcours militant).

“Le MAK a un discours fasciste” / Le Soir d’Algérie du 2 septembre 2021

https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4700886619796678&output=html&h=280&adk=494943458&adf=3512888277&pi=t.aa~a.2927659737~i.10~rp.4&w=755&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1630731564&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=1415748036&psa=1&ad_type=text_image&format=755×280&url=https%3A%2F%2Fmarevuedepressedz.com%2F2021%2F09%2F03%2Fmak-fasciste-le-soir-dalgerie%2F%3Futm_source%3Drss%26amp%3Butm_medium%3Drss%26amp%3Butm_campaign%3Dmak-fasciste-le-soir-dalgerie&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=189&rw=755&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkyLjAuNDUxNS4xNTkiLFtdLG51bGwsbnVsbCxudWxsXQ..&dt=1630731563974&bpp=21&bdt=4716&idt=-M&shv=r20210831&mjsv=m202109010101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dfadb0cdbb4f7a54f-2298385c01ca00e3%3AT%3D1630319676%3ART%3D1630319676%3AS%3DALNI_MZeuflJjqwdE9-OUAoK8AKXVPgJFA&prev_fmts=0x0&nras=2&correlator=1135585648410&frm=20&pv=1&ga_vid=1160265349.1630319675&ga_sid=1630731562&ga_hid=1364970506&ga_fc=1&u_tz=120&u_his=1&u_java=0&u_h=900&u_w=1600&u_ah=860&u_aw=1600&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=414&ady=1387&biw=1583&bih=700&scr_x=0&scr_y=0&eid=44747620%2C31062297&oid=3&pvsid=3355284660127475&pem=820&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1600%2C0%2C1600%2C860%2C1600%2C700&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=128&bc=31&ifi=2&uci=a!2&btvi=1&fsb=1&xpc=n163COkP49&p=https%3A//marevuedepressedz.com&dtd=253

Le Mak suscite de plus en plus d’inquiétudes ces derniers temps. Qu’est-ce qui constitue son socle idéologique, selon vous ?

Il faut rappeler que le MAK est passé par deux phases, principalement depuis sa création en 2001, suite aux événements de Kabylie qui ont occasionné l’assassinat, à ce jour impuni, de 127 jeunes, plusieurs dégâts matériels et un traumatisme de masse dont on n’a pas fini de voir toutes les répercussions. Le MAK était au départ un mouvement autonomiste, d’essence culturaliste, certes, mais très proche des valeurs démocratiques qui ont inspiré et structuré le Mouvement culturel berbère depuis les années 60. Il revendiquait l’autonomie de la Kabylie dans l’attente de «l’avènement d’un État fédéral en Algérie». https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4700886619796678&output=html&h=280&adk=494943458&adf=290722356&pi=t.aa~a.2927659737~i.14~rp.4&w=755&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1630731564&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=1415748036&psa=1&ad_type=text_image&format=755×280&url=https%3A%2F%2Fmarevuedepressedz.com%2F2021%2F09%2F03%2Fmak-fasciste-le-soir-dalgerie%2F%3Futm_source%3Drss%26amp%3Butm_medium%3Drss%26amp%3Butm_campaign%3Dmak-fasciste-le-soir-dalgerie&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=189&rw=755&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkyLjAuNDUxNS4xNTkiLFtdLG51bGwsbnVsbCxudWxsXQ..&dt=1630731563974&bpp=12&bdt=4716&idt=-M&shv=r20210831&mjsv=m202109010101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dfadb0cdbb4f7a54f-2298385c01ca00e3%3AT%3D1630319676%3ART%3D1630319676%3AS%3DALNI_MZeuflJjqwdE9-OUAoK8AKXVPgJFA&prev_fmts=0x0%2C755x280&nras=3&correlator=1135585648410&frm=20&pv=1&ga_vid=1160265349.1630319675&ga_sid=1630731562&ga_hid=1364970506&ga_fc=1&u_tz=120&u_his=1&u_java=0&u_h=900&u_w=1600&u_ah=860&u_aw=1600&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=414&ady=1994&biw=1583&bih=700&scr_x=0&scr_y=0&eid=44747620%2C31062297&oid=3&pvsid=3355284660127475&pem=820&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1600%2C0%2C1600%2C860%2C1600%2C700&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=128&bc=31&ifi=3&uci=a!3&btvi=2&fsb=1&xpc=9IrAszSKeH&p=https%3A//marevuedepressedz.com&dtd=353

Cette revendication ne recueillait pas une grande adhésion au sein de la population kabyle, mais n’était pas particulièrement  mal perçue, d’autant plus que les deux partis les plus ancrés en Kabylie, le FFS et le RCD, demandaient une décentralisation à décliner sous forme d’un État fédéral ou  d’un État unitaire régionalisé. Toutefois, à partir de 2013, probablement déçu par le manque d’écho de son mouvement, Ferhat Mehenni a décidé de se radicaliser en passant, sur le plan politique, de la revendication autonomiste à la revendication indépendantiste et, sur le plan idéologique, de la défense et l’affirmation des spécificités culturelles kabyles à un discours suprématiste postulant une supériorité ontologique du Kabyle sur les autres habitants d’Algérie et un rejet quasi systématique de l’Arabe, de sa langue et de sa culture. https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4700886619796678&output=html&h=280&adk=494943458&adf=619081466&pi=t.aa~a.2927659737~i.16~rp.4&w=755&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1630731564&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=1415748036&psa=1&ad_type=text_image&format=755×280&url=https%3A%2F%2Fmarevuedepressedz.com%2F2021%2F09%2F03%2Fmak-fasciste-le-soir-dalgerie%2F%3Futm_source%3Drss%26amp%3Butm_medium%3Drss%26amp%3Butm_campaign%3Dmak-fasciste-le-soir-dalgerie&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=189&rw=755&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkyLjAuNDUxNS4xNTkiLFtdLG51bGwsbnVsbCxudWxsXQ..&dt=1630731563974&bpp=11&bdt=4716&idt=12&shv=r20210831&mjsv=m202109010101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dfadb0cdbb4f7a54f-2298385c01ca00e3%3AT%3D1630319676%3ART%3D1630319676%3AS%3DALNI_MZeuflJjqwdE9-OUAoK8AKXVPgJFA&prev_fmts=0x0%2C755x280%2C755x280&nras=4&correlator=1135585648410&frm=20&pv=1&ga_vid=1160265349.1630319675&ga_sid=1630731562&ga_hid=1364970506&ga_fc=1&u_tz=120&u_his=1&u_java=0&u_h=900&u_w=1600&u_ah=860&u_aw=1600&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=414&ady=2582&biw=1583&bih=700&scr_x=0&scr_y=0&eid=44747620%2C31062297&oid=3&pvsid=3355284660127475&pem=820&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1600%2C0%2C1600%2C860%2C1600%2C700&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=128&bc=31&ifi=4&uci=a!4&btvi=3&fsb=1&xpc=aQ8MOCSP3f&p=https%3A//marevuedepressedz.com&dtd=388

C’est cette idéologie réactionnaire, conçue sur le modèle du nationalisme culturel algérien des années 70, qui prône le monolithisme arabo-islamique, la haine de la France et de la culture française et la sublimation excessive de soi, qui est appelée par le MAK et ses partisans «le nationalisme kabyle». Il s’agit d’un discours d’essence fasciste que son agence d’information Siwel affiche avec tant d’excès que même les rares militants sérieux qui suivaient Mehenni avec une certaine prudence s’en sont tous éloignés. Ils ont d’ailleurs été accusés de trahison ou même condamnés à mort. Tôt ou tard, ce discours fasciste va mener le pays  au précipice. 

De même que le nationalisme arabo-islamique du FLN post-indépendance a mené au FIS et au massacre de plus de 100 000 personnes durant la décennie noire, le nationalisme kabyle conduira inévitablement à des crises du même type. Les dérives fascisantes du MAK enregistrées çà et là ces derniers temps ne sont qu’un prélude à un désastre à venir. La vigilance de tous est un devoir.https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4700886619796678&output=html&h=280&adk=494943458&adf=2684423629&pi=t.aa~a.2927659737~i.22~rp.4&w=755&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1630731565&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=1415748036&psa=1&ad_type=text_image&format=755×280&url=https%3A%2F%2Fmarevuedepressedz.com%2F2021%2F09%2F03%2Fmak-fasciste-le-soir-dalgerie%2F%3Futm_source%3Drss%26amp%3Butm_medium%3Drss%26amp%3Butm_campaign%3Dmak-fasciste-le-soir-dalgerie&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=189&rw=755&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkyLjAuNDUxNS4xNTkiLFtdLG51bGwsbnVsbCxudWxsXQ..&dt=1630731564006&bpp=12&bdt=4748&idt=12&shv=r20210831&mjsv=m202109010101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dfadb0cdbb4f7a54f-2298385c01ca00e3%3AT%3D1630319676%3ART%3D1630319676%3AS%3DALNI_MZeuflJjqwdE9-OUAoK8AKXVPgJFA&prev_fmts=0x0%2C755x280%2C755x280%2C755x280&nras=5&correlator=1135585648410&frm=20&pv=1&ga_vid=1160265349.1630319675&ga_sid=1630731562&ga_hid=1364970506&ga_fc=1&u_tz=120&u_his=1&u_java=0&u_h=900&u_w=1600&u_ah=860&u_aw=1600&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=414&ady=2446&biw=1583&bih=700&scr_x=0&scr_y=0&eid=44747620%2C31062297&oid=3&pvsid=3355284660127475&pem=820&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1600%2C0%2C1600%2C860%2C1600%2C700&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=128&bc=31&ifi=5&uci=a!5&btvi=4&fsb=1&xpc=64itg0c1L8&p=https%3A//marevuedepressedz.com&dtd=1085

Comment ce mouvement séparatiste en est-il arrivé jusqu’à demander l’indépendance de la Kabylie ? D’où vient cette idée ?

Le débat sur les questions identitaires a toujours existé en Algérie, y compris au sein du mouvement national. Des esprits démocratiques ouverts  et qui constituaient la frange la plus engagée du mouvement national ont longtemps demandé à ce que le débat sur l’identité algérienne soit engagé et que le fait amazigh soit reconnu, mais ces militants ont été systématiquement réprimés, ce qui a donné naissance à des tendances particularistes et souverainistes mais qui sont restées très marginales durant la colonisation. 

Après l’indépendance, face au déni identitaire amazigh et face à la répression qui s’est abattue sur les militants qui travaillaient à réhabiliter la dimension amazighe de l’Algérie et à promouvoir tamazight comme langue et comme culture, ces tendances particularistes, jusque-là très marginales, y compris au sein du MCB, se sont exacerbées. C’est ainsi que nous avons connu, par exemple, l’affaire des «poseurs de bombes» qui,  quoi qu’on dise sur les manipulations qui ont pu la provoquer, traduit l’état d’esprit d’une frange extrémiste du mouvement. Mais le grand tournant d’avril 80, qui a vu l’éclosion d’un printemps démocratique fort prometteur, a calmé les zèles et les impatiences de certains et  fait émerger  des leaders politiques d’une grande valeur qui ont su encadrer les énergies qui s’exprimaient au sein des populations amazighophones d’Algérie et les canaliser dans le sens d’une émancipation démocratique nationale, voire nord-africaine. Mais cette parenthèse n’a pas duré longtemps. https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4700886619796678&output=html&h=280&adk=494943458&adf=2025165037&pi=t.aa~a.2927659737~i.28~rp.4&w=755&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1630731566&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=1415748036&psa=1&ad_type=text_image&format=755×280&url=https%3A%2F%2Fmarevuedepressedz.com%2F2021%2F09%2F03%2Fmak-fasciste-le-soir-dalgerie%2F%3Futm_source%3Drss%26amp%3Butm_medium%3Drss%26amp%3Butm_campaign%3Dmak-fasciste-le-soir-dalgerie&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=189&rw=755&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkyLjAuNDUxNS4xNTkiLFtdLG51bGwsbnVsbCxudWxsXQ..&dt=1630731564040&bpp=15&bdt=4782&idt=15&shv=r20210831&mjsv=m202109010101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dfadb0cdbb4f7a54f-2298385c01ca00e3%3AT%3D1630319676%3ART%3D1630319676%3AS%3DALNI_MZeuflJjqwdE9-OUAoK8AKXVPgJFA&prev_fmts=0x0%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280&nras=6&correlator=1135585648410&frm=20&pv=1&ga_vid=1160265349.1630319675&ga_sid=1630731562&ga_hid=1364970506&ga_fc=1&u_tz=120&u_his=1&u_java=0&u_h=900&u_w=1600&u_ah=860&u_aw=1600&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=414&ady=3113&biw=1583&bih=700&scr_x=0&scr_y=320&eid=44747620%2C31062297&oid=3&pvsid=3355284660127475&pem=820&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1600%2C0%2C1600%2C860%2C1600%2C700&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=128&bc=31&ifi=6&uci=a!6&btvi=5&fsb=1&xpc=MgrRmpzIDb&p=https%3A//marevuedepressedz.com&dtd=1984

L’avènement de la décennie noire, le triomphe politique de l’islamo-conservatisme et l’accroissement de son agressivité à l’égard de tout ce qui n’est pas arabe et musulman en Algérie, d’abord, l’assassinat de Matoub Lounès et les événements de 2001 en Kabylie, la déstructuration des partis du courant démocratique et la disqualification définitive de la médiation politique par les comportements mégalomaniaques de Bouteflika et de ses soutiens par la suite ont créé les conditions pour la prolifération des extrémismes, tous les extrémismes. 

Le MAK, qui était là depuis 2001 mais qui n’avait pas de foules derrière lui, a décidé de surfer sur la colère et le désespoir qui agitaient la Kabylie en passant de la revendication autonomiste à la revendication indépendantiste en 2013, avec un Mehenni sans projet réfléchi et sans cadres. On ne connaît pas un seul militant des années 80 qui adhère aux idées de Mehenni. On a déjà dit que cette mutation inattendue et surtout inexpliquée a entraîné la démission de rares cadres sérieux du MCB qui refusaient d’assumer un projet séparatiste. Mais ce changement de cap a donné une visibilité médiatique au MAK localement. Chef unique, Ferhat Mehenni a mis en place des organes instables et sans mission  précise  qu’il change selon ses humeurs avec une littérature primaire d’obédience fasciste et sans aucun lien avec les réalités sociologiques de la Kabylie pour attirer les jeunes, les plus zélés et les plus impatients.

En effet, dans le  discours du MAK, il ne s’agit pas d’œuvrer d’arrache-pied à éduquer les Kabyles à la démocratie et à la citoyenneté puisque les Kabyles seraient nécessairement des «démocrates», des «progressistes»  et des «laïcs» ; ils naissent ainsi et ils sont condamnés à le rester par la vertu de leur «kabylité» légendaire. Il ne s’agit pas non plus de travailler à construire des institutions démocratiques en phase avec les exigences du monde d’aujourd’hui pour permettre à «la Kabylie indépendante», à laquelle il aspire, d’asseoir demain un État kabyle fort. https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4700886619796678&output=html&h=280&adk=494943458&adf=1937145987&pi=t.aa~a.2927659737~i.34~rp.4&w=755&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1630731584&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=1415748036&psa=1&ad_type=text_image&format=755×280&url=https%3A%2F%2Fmarevuedepressedz.com%2F2021%2F09%2F03%2Fmak-fasciste-le-soir-dalgerie%2F%3Futm_source%3Drss%26amp%3Butm_medium%3Drss%26amp%3Butm_campaign%3Dmak-fasciste-le-soir-dalgerie&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=189&rw=755&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkyLjAuNDUxNS4xNTkiLFtdLG51bGwsbnVsbCxudWxsXQ..&dt=1630731564078&bpp=10&bdt=4820&idt=10&shv=r20210831&mjsv=m202109010101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dfadb0cdbb4f7a54f-2298385c01ca00e3%3AT%3D1630319676%3ART%3D1630319676%3AS%3DALNI_MZeuflJjqwdE9-OUAoK8AKXVPgJFA&prev_fmts=0x0%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280&nras=7&correlator=1135585648410&frm=20&pv=1&ga_vid=1160265349.1630319675&ga_sid=1630731562&ga_hid=1364970506&ga_fc=1&u_tz=120&u_his=1&u_java=0&u_h=900&u_w=1600&u_ah=860&u_aw=1600&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=414&ady=3877&biw=1583&bih=700&scr_x=0&scr_y=1079&eid=44747620%2C31062297&oid=3&pvsid=3355284660127475&pem=820&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1600%2C0%2C1600%2C860%2C1600%2C700&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=128&bc=31&ifi=7&uci=a!7&btvi=6&fsb=1&xpc=7tmOPTuhr7&p=https%3A//marevuedepressedz.com&dtd=20794

Pour le MAK, «tajmaât» est une démocratie majeure qui peut immédiatement être opérationnelle et jouer un rôle législatif dans tous les domaines, y compris dans ceux, très sensibles, de la sécurité et des relations internationales. Cette vision à la fois fascisante et irresponsable de la Kabylie et de l’Algérie synthétise les évidences les mieux partagées entre les militants du MAK aujourd’hui et révèle incontestablement que, entre les partisans du MAK et l’Algérie, le divorce est idéologiquement consommé.

Vous alertez depuis plusieurs années sur les dangers que ce mouvement fait peser sur la Kabylie et l’Algérie. Où résident exactement ces dangers ?

Comme je l’ai souligné précédemment, le MAK repose sur une idéologie d’essence fascisante. Il prône la supériorité ontologique du Kabyle sur le reste des Algériens qu’il considère comme «inaptes à la civilisation» et comme «ennemis» puisqu’ils cautionnent un État algérien décrété comme «colonial». Cette attitude, largement répandue dans les rangs du MAK et ouvertement assumée par son dirigeant, peut mener à des tensions qui, pour peu que des dérapages les écument, peuvent conduire à l’irréparable entre Kabyles et Arabes. Toutefois, si le rejet de tout ce qui est «arabe» représente un élément structurant dans le discours du MAK, ce mouvement arbore des comportements hégémoniques même en Kabylie et considère, comme l’a affirmé M. Ferhat Mehenni lui-même, « que la pluralité politique est un non-sens » dans cette région et que tous les Kabyles doivent se mettre en rangs soudés derrière lui. 

Dans la littérature de ce mouvement qui exploite adroitement les abus du pouvoir et ceux de ses relais, comme Naïma Salhi,  Benzaim ou Bensdira, instruits ou couverts par l’État, tout ce qui est algérien est considéré comme «colonial», de la police, en passant par la justice, l’armée et la Douane, jusqu’aux institutions comme l’école et l’université. Autrement dit, même  les Kabyles qui se considèrent comme des Algériens sont perçus comme des suppôts du colonialisme algérien. Il est d’ailleurs récurrent d’entendre des phrases comme «Kabyle de services», «faux Kabyle», «traître», proférées comme insultes suprêmes, et souvent avec violence, à l’égard des Kabyles qui ne partagent pas les idées du MAK. Même si certains refusent de le voir, par conformisme ou par peur, la Kabylie est aujourd’hui un monde compartimenté : il y a d’un côté les Kabyles qui veulent rester algériens tout en préservant leurs valeurs et leur culture, et d’un autre des Kabyles qui ne veulent plus être algériens ; même si ces derniers sont généralement des jeunes qui reviennent à la raison après une ou deux années de service.https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4700886619796678&output=html&h=280&adk=494943458&adf=1027468992&pi=t.aa~a.2927659737~i.44~rp.4&w=755&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1630731628&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=1415748036&psa=1&ad_type=text_image&format=755×280&url=https%3A%2F%2Fmarevuedepressedz.com%2F2021%2F09%2F03%2Fmak-fasciste-le-soir-dalgerie%2F%3Futm_source%3Drss%26amp%3Butm_medium%3Drss%26amp%3Butm_campaign%3Dmak-fasciste-le-soir-dalgerie&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=189&rw=755&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkyLjAuNDUxNS4xNTkiLFtdLG51bGwsbnVsbCxudWxsXQ..&dt=1630731564107&bpp=8&bdt=4843&idt=8&shv=r20210831&mjsv=m202109010101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dfadb0cdbb4f7a54f-2298385c01ca00e3%3AT%3D1630319676%3ART%3D1630319676%3AS%3DALNI_MZeuflJjqwdE9-OUAoK8AKXVPgJFA&prev_fmts=0x0%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280&nras=8&correlator=1135585648410&frm=20&pv=1&ga_vid=1160265349.1630319675&ga_sid=1630731562&ga_hid=1364970506&ga_fc=1&u_tz=120&u_his=1&u_java=0&u_h=900&u_w=1600&u_ah=860&u_aw=1600&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=414&ady=4928&biw=1583&bih=700&scr_x=0&scr_y=2133&eid=44747620%2C31062297&oid=3&pvsid=3355284660127475&pem=820&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1600%2C0%2C1600%2C860%2C1600%2C700&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=128&bc=31&ifi=8&uci=a!8&btvi=7&fsb=1&xpc=XFvAffvpNq&p=https%3A//marevuedepressedz.com&dtd=64864

Si on laisse faire, les tensions qu’il y a entre ces deux camps vont commencer par ébranler la Kabyle, ce qui est déjà un peu en cours, avant de déteindre sur le reste du pays. À titre d’exemple, un des acteurs principaux d’Avril 80, professeur d’économie depuis 1978 et professeur bénévole de tamazight depuis 1994 à l’université de Tizi-Ouzou, Mohand-Ouamer Oussalem en l’occurrence, a été empêché de force par les militants du MAK de faire une conférence dans l’université Mouloud- Mammeri. Pour ne pas «diviser les rangs », les enseignants et les anciens cadres du MCB ont laissé faire. Bien d’autres cas sont enregistrés régulièrement, y compris à l’égard des militants qui quittent ce mouvement, comme c’est le cas de Hamou Boumediene, Ahmed Aït Bachir et Malika Baraka en 2014 et, plus récemment, de Mira Moknache, enseignante à l’université de Béjaïa, qui sont lynchés médiatiquement et menacés de mort pour avoir rompu avec une organisation menée par un homme qui a perdu raison. Le face-à-face avec le MAK est inévitable. Il faut l’assumer et en fixer les règles avant que la situation n’échappe complètement au contrôle. 

Le régime marocain tente d’instrumentaliser le MAK au niveau international pour porter atteinte  aux intérêts de l’Algérie. Qu’en pensez-vous ?

Les deux seuls pays où le président du Gouvernement provisoire kabyle, M. Ferhat Mehenni, a été reçu par des officiels sont effectivement le Maroc et  Israël, deux pays avec lesquels l’Algérie a des divergences diplomatiques fondamentales. Personnellement, je ne détiens pas des informations suffisamment crédibles pour me prononcer sur cette question. Toutefois, un homme qui s’autoproclame porte-parole de la Kabylie sans en être mandaté par un dixième de ses habitants, qui signe des décrets dans des bars à Paris et qui appelle à créer une force de contrainte pour les imposer à la Kabylie, qui met en place une monnaie, qui vend des passeports et des cartes d’identité chimériques à ses partisans et qui encaisse des sommes quant à elles sonnantes et trébuchantes sur eux, qui nomme virtuellement des ambassadeurs improbables dans des pays tout aussi improbables, est  naturellement un aventurier sans aucun sens ni des réalités ni des responsabilités morales et politiques.

M. Ferhat Mehenni est d’une insoutenable frivolité politique et, à ce titre, il est capable de mettre et la Kabylie et l’Algérie à feu et à sang. Il faut peut-être rappeler que son fils Ameziane, dont il impute l’assassinat aux services spéciaux algériens, a été tué dans un règlement de compte au sein d’un gang dans la banlieue de Paris. Ameziane Mehenni, abandonné, lui, sa mère, ses sœurs et frères par leur père, a été contraint de fréquenter les milieux de la drogue en France pour subvenir aux besoins urgents de sa famille. En en faisant un martyr du MAK, son père est en train de l’assassiner une deuxième fois. Un tel degré de cynisme a rarement été observé chez un homme politique, encore moins chez un père. Les cadres kabyles connaissaient les causes de ce drame. Ils se sont tus pour ne pas ouvrir des différends dans les rangs kabyles. Aujourd’hui, beaucoup de jeunes Kabyles croient à la fable du martyr puisque Ferhat Mehenni colle le nom de son fils à celui de… Krim Belkacem. Voilà où nous a menés notre silence.   https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?client=ca-pub-4700886619796678&output=html&h=280&adk=494943458&adf=3317580249&pi=t.aa~a.2927659737~i.54~rp.4&w=755&fwrn=4&fwrnh=100&lmt=1630731632&num_ads=1&rafmt=1&armr=3&sem=mc&pwprc=1415748036&psa=1&ad_type=text_image&format=755×280&url=https%3A%2F%2Fmarevuedepressedz.com%2F2021%2F09%2F03%2Fmak-fasciste-le-soir-dalgerie%2F%3Futm_source%3Drss%26amp%3Butm_medium%3Drss%26amp%3Butm_campaign%3Dmak-fasciste-le-soir-dalgerie&flash=0&fwr=0&pra=3&rh=189&rw=755&rpe=1&resp_fmts=3&wgl=1&fa=27&uach=WyJXaW5kb3dzIiwiMTAuMCIsIng4NiIsIiIsIjkyLjAuNDUxNS4xNTkiLFtdLG51bGwsbnVsbCxudWxsXQ..&dt=1630731564135&bpp=7&bdt=4871&idt=7&shv=r20210831&mjsv=m202109010101&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dfadb0cdbb4f7a54f-2298385c01ca00e3%3AT%3D1630319676%3ART%3D1630319676%3AS%3DALNI_MZeuflJjqwdE9-OUAoK8AKXVPgJFA&prev_fmts=0x0%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280%2C755x280&nras=9&correlator=1135585648410&frm=20&pv=1&ga_vid=1160265349.1630319675&ga_sid=1630731562&ga_hid=1364970506&ga_fc=1&u_tz=120&u_his=1&u_java=0&u_h=900&u_w=1600&u_ah=860&u_aw=1600&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=4&adx=414&ady=6191&biw=1583&bih=700&scr_x=0&scr_y=3399&eid=44747620%2C31062297&oid=3&pvsid=3355284660127475&pem=820&eae=0&fc=1408&brdim=0%2C0%2C0%2C0%2C1600%2C0%2C1600%2C860%2C1600%2C700&vis=1&rsz=%7C%7Cs%7C&abl=NS&fu=128&bc=31&ifi=9&uci=a!9&btvi=8&fsb=1&xpc=tQLYXJlRbj&p=https%3A//marevuedepressedz.com&dtd=68096

À votre avis, quel est le meilleur moyen de combatre l’idéologie que vous qualifiez de «fasciste» du MAK ?

En plus de son projet sécessionniste que rejette la majorité des habitants de la Kabylie, le MAK est un mouvement d’obédience fasciste et entend imposer son idéologie à la Kabylie et son projet à l’Algérie par tous les moyens, y compris par la force. Pour l’heure, il n’a pas encore commis ou revendiqué des attentats, mais comme je l’ai déjà souligné, son nationalisme kabyle se traduit déjà sur le terrain par des lynchages médiatiques, des intimidations, des violences verbales et des menaces de mort à l’égard de toutes celles et tous ceux qui ne partagent pas ses idées ou qui les combattent. À ce titre, tout comme le FIS qui n’a révélé son visage terroriste que quand il s’est senti en position de force, le MAK représente un danger pour la stabilité de la Kabylie et de l’Algérie à moyen et à long terme car le recours à la violence, comme l’a assumé ouvertement M. Mehenni à travers son appel du 18 juin de Londres en 2018 à créer des corps de contrainte pour imposer ses décisions en Kabylie, constitue une ligne stratégique pour le MAK. De plus, M. Mehenni a récemment signé un «décret» dans lequel il impute tous les massacres commis par le FIS dans les années 90 à l’État algérien qu’il qualifie de «terroriste». 

En reniant ainsi ses anciens engagements anti-islamistes et antiterroristes au sein du RCD dont il était cadre et en ralliant les thèses qui-tue-quistes du FIS et le révisionnisme de Rachad, il donne raison à ceux qui voient dans ses relations intimes avec Hichem Aboud, le VRP de Rachad, une alliance assumée avec ce mouvement. M. Mehenni a choisi définitivement son camp. Sur le plan idéologique, il faut travailler à éradiquer les idées fascistes qui le structurent en les combattant, certes, mais aussi en éliminant les conditions qui rendent leur éclosion possible, à savoir le racisme antikabyle, la stigmatisation de la Kabylie et sa marginalisation économique, mais aussi en mettant fin à l’autoritarisme de l’État, au régime rentier et à l’arabo-islamisme agressif qui étouffent la vie publique en Algérie. Les Kabyles comme les autres habitants du pays aspirent à vivre dans une Algérie libre et démocratique ; seule une perspective de ce genre peut les détourner de leurs mauvais instincts et les mettre sur la voie de l’avenir. Qu’on ne vienne pas nous dire que ce n’est pas le moment de soulever ces dangers. Des jeunes sont emprisonnés et sont pourchassés à cause de l’ambition d’un homme sans foi ni loi. 

Le Soir d’Algérie, Le 2 Septembre 2021

BOUCHERIE IMPÉRIALISTE

BOUCHERIE IMPÉRIALISTE

« Guerre contre le terrorisme ». L’impérialisme a fait 1 million de victimes au Moyen-Orient

A l’heure où les Etats-Unis se retirent d’Afghanistan et laissent aux mains des talibans un pays exsangue, le bilan de la « guerre contre le terrorisme » entreprise par l’impérialisme américain dans le Moyen-Orient est terrible pour les populations, autant sur le plan humain que matériel. Pour les USA, c’est un échec criant, signe de leur perte d’hégémonie dans la région.

Crédits photos : AFP

Le projet Costs of War de l’université américaine de Brown vient de publier mercredi 1er septembre, un important rapport, qui établit le bilan des guerres impérialistes menées par les Etats Unis, notamment en Afghanistan, en Iraq, et en Syrie.
Le rapport, tout en reconnaissant que le dénombrement est surement en deçà de la réalité, à cause de la difficulté pour recenser l’ensemble des victimes, fait état d’environ un million de morts, dont près de 400 000 civils. En 2015 divers rapports, dont celui de l’organisation Physicians for Social Responsabilty, estimait le total de victimes à plus d’un million. C’était il y a 6 ans.

Mais le bilan humain des interventions impérialistes occidentales ne se limite pas aux nombres de tués, il comprend également les bouleversements dans la vie des habitants vivant dans les zones attaquées. Ainsi, le rapport estime que les opérations américaines ont entraîné le déplacement forcé d’au moins 37 millions de personnes. Les chiffres en question ont dû être sourcés et calculés par des organisations ou des centres de recherches universitaires, car le gouvernement américain ne communique pas sur ce sujet, sauf quand il s’agit de ses propres soldats, décédés ou blessés. Il n’a publié aucune statistique comportant les pertes ennemies et les morts civils. Le coût de ces guerres est aussi financier, avec un total s’élevant à plus de 8 000 milliards de dollars. A titre d’exemple, l’invasion et l’occupation de l’Afghanistan ont couté environ 2 300 milliards, et l’intervention en Iraq plus de 2 100 milliards.

Au-delà de ces chiffres effroyables, ce bilan est surtout celui de l’échec de l’impérialisme occidental. Cette « guerre contre le terrorisme », a été une succession d’interventions et d’invasions armées dans le but de défendre les intérêts stratégiques et économiques des Etats Unis et de leurs alliés. Les seules réalisations de ces guerres sont la déstabilisation de régions entières, le massacre des populations civiles, et le renforcement des organisations terroristes qu’elles cherchaient officiellement à détruire. La situation récente en Afghanistan est une illustration cinglante de l’échec des politiques impérialistes : après vingt ans de guerre, de destruction et de misère pour les populations, le drapeau des forces réactionnaires talibanes flotte à nouveau sur Kaboul.

Si l’impérialisme américain est, de par son agressivité et son interventionnisme, le principal responsable de la situation au Moyen-Orient, il faut garder à l’esprit la complicité de la France dans cette situation, elle qui a pleinement participé à l’occupation de l’Afghanistan. Aussi, alors que le monde entier est témoin des effets tragiques des interventions militaires menés par des puissance étrangères, même au nom de la guerre contre le terrorisme, on ne peut que penser à l’action de la France au Sahel. Présente depuis 7 ans dans la région, soit disant pour lutter contre les djihadistes, la France ne fait qu’encourager le développement de ces mouvements islamistes, en défendant ouvertement des dictatures, à l’image de son soutien à la junte militaire au Tchad, ou en participant au bombardement de civils, comme lorsque l’armée française a tué 19 civils lors d’un mariage au Mali.

Devant les conséquences désastreuses de l’impérialisme, il est dès lors nécessaire de revendiquer le retrait des troupes française hors du Sahel, et de rejeter toutes interventions étrangères, qu’elles se fassent en défense des droits de l’homme ou pour la guerre contre le terrorisme.

Covid-19 : surprises dans les analyses de sang des personnes vaccinées —

Time : 15 mn 12 / [1/1]   Vaccin et analyse de sang sous microscope présenté par des chercheurs indépendants, des avocats et un médecin.     Il appartient à chacun de se forger sa propre opinion     Vidéo : [1] Covid-19 : surprises dans les analyses de sang des personnes vaccinées   Source vidéo : [https://odysee.com/@TimTruth:b/microscope-vaccine-blood:9] […]

Covid-19 : surprises dans les analyses de sang des personnes vaccinées — Aphadolie

Les États-Unis et leurs vassaux occidentaux, lanceurs de nouvelles croisades —

Mot à dire Les croisades occidentales contre les pays musulmans, depuis les années 1990, on fait plus de quatre millions de morts, décompte fait par des institutions spécialisées jusqu’en 2015, la liste s’étant allongée depuis. J’ai dit « croisades » parce que les États-Unis se réfèrent à la Bible pour lancer leurs guerres contres les pays musulmans […]

Les États-Unis et leurs vassaux occidentaux, lanceurs de nouvelles croisades — dzmewordpress

BOUCHERIE IMPÉRIALISTE — LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

Initialement publié sur HIRAK-CONNECT.DZ 20/21 : «?Guerre contre le terrorisme?». L’impérialisme a fait 1 million de victimes au Moyen-Orient A l’heure où les Etats-Unis se retirent d’Afghanistan et laissent aux mains des talibans un pays exsangue, le bilan de la « guerre contre le terrorisme » entreprise par l’impérialisme américain dans le Moyen-Orient est terrible pour…

BOUCHERIE IMPÉRIALISTE — LES HIRAKIENS DE LA DIASPORA ALGERIENNE

BOUCHERIE IMPÉRIALISTE

« Guerre contre le terrorisme ». L’impérialisme a fait 1 million de victimes au Moyen-Orient

A l’heure où les Etats-Unis se retirent d’Afghanistan et laissent aux mains des talibans un pays exsangue, le bilan de la « guerre contre le terrorisme » entreprise par l’impérialisme américain dans le Moyen-Orient est terrible pour les populations, autant sur le plan humain que matériel. Pour les USA, c’est un échec criant, signe de leur perte d’hégémonie dans la région.

Augustin Tagèl

vendredi 3 septembrehttps://www.facebook.com/v2.5/plugins/like.php?app_id=732608523463265&channel=https%3A%2F%2Fstaticxx.facebook.com%2Fx%2Fconnect%2Fxd_arbiter%2F%3Fversion%3D46%23cb%3Df1881664717d9f%26domain%3Drevolutionpermanente.fr%26is_canvas%3Dfalse%26origin%3Dhttps%253A%252F%252Frevolutionpermanente.fr%252Ff2e6a9c4f6c6938%26relation%3Dparent.parent&container_width=0&href=http%3A%2F%2Fwww.revolutionpermanente.fr%2FApres-vingt-ans-de-guerre-contre-le-terrorisme-au-Moyen-Orient-un-million-de-victimes-de-l&layout=button_count&locale=fr_FR&sdk=joeyhttps://www.facebook.com/v2.5/plugins/share_button.php?app_id=732608523463265&channel=https%3A%2F%2Fstaticxx.facebook.com%2Fx%2Fconnect%2Fxd_arbiter%2F%3Fversion%3D46%23cb%3Df1bcaeedbac7dbc%26domain%3Drevolutionpermanente.fr%26is_canvas%3Dfalse%26origin%3Dhttps%253A%252F%252Frevolutionpermanente.fr%252Ff2e6a9c4f6c6938%26relation%3Dparent.parent&container_width=58&href=http%3A%2F%2Fwww.revolutionpermanente.fr%2FApres-vingt-ans-de-guerre-contre-le-terrorisme-au-Moyen-Orient-un-million-de-victimes-de-l%3Futm_source%3Dlid%26utm_medium%3Dfb%26utm_campaign%3Darticle-social-actions&layout=button&locale=fr_FR&sdk=joey&size=small

Crédits photos : AFP

Le projet Costs of War de l’université américaine de Brown vient de publier mercredi 1er septembre, un important rapport, qui établit le bilan des guerres impérialistes menées par les Etats Unis, notamment en Afghanistan, en Iraq, et en Syrie.
Le rapport, tout en reconnaissant que le dénombrement est surement en deçà de la réalité, à cause de la difficulté pour recenser l’ensemble des victimes, fait état d’environ un million de morts, dont près de 400 000 civils. En 2015 divers rapports, dont celui de l’organisation Physicians for Social Responsabilty, estimait le total de victimes à plus d’un million. C’était il y a 6 ans.

Mais le bilan humain des interventions impérialistes occidentales ne se limite pas aux nombres de tués, il comprend également les bouleversements dans la vie des habitants vivant dans les zones attaquées. Ainsi, le rapport estime que les opérations américaines ont entraîné le déplacement forcé d’au moins 37 millions de personnes. Les chiffres en question ont dû être sourcés et calculés par des organisations ou des centres de recherches universitaires, car le gouvernement américain ne communique pas sur ce sujet, sauf quand il s’agit de ses propres soldats, décédés ou blessés. Il n’a publié aucune statistique comportant les pertes ennemies et les morts civils. Le coût de ces guerres est aussi financier, avec un total s’élevant à plus de 8 000 milliards de dollars. A titre d’exemple, l’invasion et l’occupation de l’Afghanistan ont couté environ 2 300 milliards, et l’intervention en Iraq plus de 2 100 milliards.

Au-delà de ces chiffres effroyables, ce bilan est surtout celui de l’échec de l’impérialisme occidental. Cette « guerre contre le terrorisme », a été une succession d’interventions et d’invasions armées dans le but de défendre les intérêts stratégiques et économiques des Etats Unis et de leurs alliés. Les seules réalisations de ces guerres sont la déstabilisation de régions entières, le massacre des populations civiles, et le renforcement des organisations terroristes qu’elles cherchaient officiellement à détruire. La situation récente en Afghanistan est une illustration cinglante de l’échec des politiques impérialistes : après vingt ans de guerre, de destruction et de misère pour les populations, le drapeau des forces réactionnaires talibanes flotte à nouveau sur Kaboul.

Si l’impérialisme américain est, de par son agressivité et son interventionnisme, le principal responsable de la situation au Moyen-Orient, il faut garder à l’esprit la complicité de la France dans cette situation, elle qui a pleinement participé à l’occupation de l’Afghanistan. Aussi, alors que le monde entier est témoin des effets tragiques des interventions militaires menés par des puissance étrangères, même au nom de la guerre contre le terrorisme, on ne peut que penser à l’action de la France au Sahel. Présente depuis 7 ans dans la région, soit disant pour lutter contre les djihadistes, la France ne fait qu’encourager le développement de ces mouvements islamistes, en défendant ouvertement des dictatures, à l’image de son soutien à la junte militaire au Tchad, ou en participant au bombardement de civils, comme lorsque l’armée française a tué 19 civils lors d’un mariage au Mali.

Devant les conséquences désastreuses de l’impérialisme, il est dès lors nécessaire de revendiquer le retrait des troupes française hors du Sahel, et de rejeter toutes interventions étrangères, qu’elles se fassent en défense des droits de l’homme ou pour la guerre contre le terrorisme.