Que se sont vraiment dit Emmanuel Macron et Kaïs Saïed au téléphone ?

Vu de Tunisie.

Publié le 05/10/2021 – 15:46

Emmanuel Macron accueille Kaïs Saïed à l’Élysée,  le 22 juin 2020 – photo d’illustration. PHOTO / CHARLES PLATIAU / REUTERS
Emmanuel Macron accueille Kaïs Saïed à l’Élysée,  le 22 juin 2020

Les présidents français et tunisien se sont entretenus au téléphone samedi 2 octobre – jusque-là, tout le monde est d’accord. Mais d’après l’Élysée, le président tunisien a pris des engagements au cours de cette conversation, ce dont le communiqué de la présidence tunisienne ne fait aucune mention.

“Un seul coup de téléphone, deux versions”, titre Business NewsLe site d’information indépendant met en exergue les différences entre le communiqué de l’Élysée et celui du palais de Carthage, à la suite de l’entretien téléphonique qui a eu lieu entre les chefs d’États français et tunisien, le 2 octobre.

Côté tunisien, on rapporte que les deux présidents ont évoqué, notamment, la question de la réduction du nombre de visas délivrés par la France aux Tunisiens et l’organisation du sommet de la francophonie. Dans le communiqué de l’Élysée, en revanche, il est question de la situation politique et institutionnelle qui prévaut en Tunisie – où le président concentre tous les pouvoirs depuis qu’il a limogé l’ancien Premier ministre et gelé les travaux du Parlement, le 25 juillet dernier. Pressé par les chancelleries occidentales, il a finalement chargé Najla Bouden, le 29 septembre, de former un gouvernement.

D’après le communiqué de la présidence française, donc, Kaïs Saïed a “indiqué que le gouvernement serait formé dans les prochains jours et qu’un dialogue national serait lancé dans la foulée. Il a rappelé son attachement à l’État de droit”. Pourtant, dans le communiqué tunisien, pas un mot sur l’amorce d’un quelconque dialogue.

Mauvaises habitudes

Business News relève que ce n’est pas la première fois qu’une divergence existe entre des communiqués officiels. “Le même incident avait eu lieu à la suite de l’entretien téléphonique du 29 septembre 2021, entre Kaïs Saïed et la chancelière allemande, Angela Merkel”, affirme le site d’information tunisien.

Au cours de cet entretien, Angela Merkel avait fait savoir au chef d’État tunisien que “le retour à la démocratie parlementaire en Tunisie, dans le cadre d’un dialogue avec l’ensemble des acteurs politiques, était essentiel”, rappelle Business News. C’est en tout cas ce qu’avait déclaré Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand. Mais le communiqué de la présidence tunisienne a “occulté” cette partie de l’entretien, note le journal. Qui, au vu des derniers événements, se demande : “S’agirait-il d’une nouvelle ‘mauvaise habitude’ qui commence à s’installer ?